LE JOURNAL.AFRICA
SOCIETE

Burundi : la transformation de l’huile de palme pollue le Tanganyika

La transformation de l’huile de palme se fait à trois niveaux : la transformation industrielle, semi-industrielle et celle artisanale. Cette dernière est la plus répandue au Burundi et représenterait près de 80 à 90% de toute la transformation de l’huile de palme au Burundi. Exigeant entre autres de l’eau, la production de l’huile de palme n’est pas sans danger pour l’environnement.

« Étant près des cours d’eau, ces producteurs vont prélever l’eau gratuitement des sources proches », explique l’Ambassadeur Albert Mbonerane, qui poursuit : « Ils vont l’utiliser et après le nettoyage, ils rejettent tous les déchets dans ces cours d’eau, qui vont être pollués et ainsi aller polluer le lac Tanganyika dans lequel la plupart d’entre eux se déversent ». 

Cet activiste environnemental donne l’exemple des unités de transformations d’huile de palme installées anarchiquement près des rivières Dama, Murembwe, Kajeke vers Rumonge qui toutes se drainent dans le Tanganyika, emportant avec elles les déchets et autres résidus provenant de ces usines artisanales. « Tout cela ne peut qu’avoir un impact négatif sur la biodiversité et la qualité de l’eau du lac car l’eau devient de plus en plus sale et tout l’habitat du lac est perturbé », regrette l’Ambassadeur. 

Continuer la lecture de cet article sur YAGA BURUNDI

Articles similaires

« Non à ces fausses amitiés, les meufs ! »

YAGA BURUNDI

Téléréalité: le phénomène The Real Housewives arrive au Nigeria

RFI AFRIQUE

RDC : Les morts roulent encore à moto

LE JOURNAL.AFRICA