LE JOURNAL.AFRICA
SOCIETE

« 5 ans après, j’attends toujours mon diplôme… »

Le 7 octobre 2011, l’ordonnance ministérielle n°610/2240 du 7/10/2011 portant conditions d’accès à l’enseignement supérieur privé pour l’année académique 2011-2012 a été mise en place. Cette ordonnance a été mal interprétée selon le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Bénigne, une des nombreuses victimes, témoigne sous la plume de la blogueuse Ange Briella Muco.

Il y a à peu près 8 ans, je me suis inscrite à l’université. À cette époque, l’ordonnance ministérielle ci-haut citée autorisait les universités privés d’accueillir les lauréats qui avaient eu au moins 30 % à l’examen d’État. J’ai suivi tout le cursus universitaire et j’ai réussi les 3 années de Baccalauréat avec succès.

Après la formation académique, j’ai fait un stage académique de 2 mois, qui a été couronné par un travail de fin d’études défendu publiquement, au lieu d’un rapport de stage comme les autres le faisaient. Cette démarche a été scrupuleusement respectée suite à une décision de l’Université des Grands Lacs que je fréquentais, soi-disant pour faire exception et nous distinguer des autres universités.

La surprise

À la fin de tout ce parcours, le jour d’aller cueillir le fruit de tous mes efforts, je m’attendais à recevoir mon diplôme. Et puis surprise, je n’avais plus le droit de l’avoir...   

Continuer la lecture de cet article sur YAGA BURUNDI

Articles similaires

RDC: les Banyamulenge réclament justice, dix-sept ans après le massacre de Gatumba

RFI AFRIQUE

Grand Sud de Madagascar: des plans très ambitieux, mais des besoins immédiats

RFI AFRIQUE

Soudan: la situation sécuritaire et humanitaire au Darfour reste préoccupante

RFI AFRIQUE