SOCIETE

Pourquoi j’ai vendu mon smartphone

… ou la face cachée des réseaux sociaux.

2009, l’année où je découvre Facebook, je crée mon compte, poste ma première photo que j’ai prise à la hâte. Au début, c’était une façon d’entrer en contact avec mes proches qui étaient loin. Pour la première fois, je retrouvais mes vieux amis de l’école primaire que je n’avais pas revus depuis presque une décennie. À cette époque, c’est tout ce qui comptait pour moi, retrouver mes vieux amis.

Avec le temps, je commençais à checker parmi les amis de mes amis pour voir qui pourrait être intéressant dans le sens où je pouvais voir ce qu’ils aiment comme musique, comme films, comme livres… C’était l’outil parfait pour entrer en connexion avec qui on voulait, une chance de découvrir le monde à travers un écran, puis grâce à Apple, Samsung et quelques autres marques de téléphones portables, on n’avait plus besoin de se connecter à un ordinateur. Voilà où les choses ont commencé à se compliquer pour moi.

Après, c’était la découverte de Twitter, que je n’ai jamais utilisé d’ailleurs puisqu’on peut partager ce qu’on pense sur Facebook, puis il y a eu Instagram auquel j’ai accroché direct. Après, c’était au tour de whatsapp, l’incontournable appli qui nous permet d’appeler n’importe qui, n’importe où, presque gratuitement. Et comme si elles s’étaient donné le mot d’ordre, toutes ces plateformes ont introduit la fonctionnalité des statuts. J’ai alors commencé à goûter à l’addiction.

À force de paraître, je n’étais plus

Les réseaux sociaux sont ..

..Continuer la lecture de cet article sur YAGA BURUNDI

Related posts

Les Bujumburois dans le désarroi suite aux catastrophes naturelles

YAGA BURUNDI

Réseaux sociaux : On se connait mais…pas tout à fait !

AKEZA NETWORK

Recouvrir le Burundi d’arbres : Ça nous concerne vraiment tous

AKEZA NETWORK

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter Lire la suite