LE JOURNAL.AFRICA
SÉCURITÉ

UVIRA : Les tracasseries routières montent au créneau

Des motos saisies au poste de la police spéciale de roulage à Kinshasa-Gombe. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Les motards et les chauffeurs  dénoncent l’existence  d’un système de rançonnement à outrance dans la ville et territoire d’Uvira. Ces derniers l’ont fait savoir ce mercredi 12 février dans une interview accordée au reporter du le Journal.Africa.

Certains agents de terrain du service de transport en commun et ceux de la police de circulation routière sont les responsables de ce rançonnement indiquent les victimes rencontrées dans la rue. Selon  cette source même une somme de 500 à 10000 franc congolais  est exigé par ces agents.

Samuel Kamundala, un motard   qui a était contacté par notre rédaction confirme que ce système de tracasseries les embrouille « Les agents qui devraient maintenir l’ordre  demandent l’argent sans tenir compte de la régularité ou non de l’engin sur le plan administratif.  »

Samuel Kamundala  précise que l’argent  perçu  connu sous le nom du « rapport »entre dans leurs poches au détriment de la caisse publique.

Contactez à ce sujet le commandant du commissariat urbain de la police de circulation routière, rejette en bloc toutes ses accusations. Major Samalanda Yaya dit n’avoir reçu aucune plainte allant dans ce sens. Cette autorité appelle les victimes de cette tracasserie à s’adresser à lui au bureau de la police de circulation routière  à Uvira.

Signalons qu’en Décembre 2019, le maire de la ville d’Uvira avait pris une mesure interdisant le rapport journalier aux  policiers, aux motards le transport de deux personnes par moto et les tris cyclistes le transport de plus de trois passagers.

Par Joséphine Mungubi

Articles similaires

%d blogueurs aiment cette page :