LE JOURNAL.AFRICA
ART CULTURE Droits de l'Homme

Saïdou Abatcha prêche un monde sans favoritisme ni discrimination

«Ce beau monde, ne sera beau monde, que, quand tout le monde aura accepté de partager, avec tout le monde, ce qui appartient à tout le monde », écrit Saïdou Abatcha, un comédien humoriste camerounais sur son compte Facebook.

Après avoir publié ces mots de sagesse, le Journal. Africa a approché Saïdou Abatcha pour lui demander ce qu’il a voulu dire. Ce message dénonce le favoritisme et la discrimination qui rongent ce monde selon Abatcha.

La gestion et le partage des biens de première nécessité doivent être équitables pour tous et non «équirentables» pour certains et insupportables pour les autres”, répond-il.

Saïdou Abatcha rassure que le bonheur se trouve dans le partage. Il recommande que les biens publics soient gérés avec esprit d’équité. Dans une même communauté, d’après ses explications, les conditions de vie doivent être similaires pour tous, comme le soleil qui brille sur tout le village.

Abatcha prêche aussi la déclaration universelle des droits de l’Homme.

Dans l’esprit de cette déclaration, toute inégalité basée sur l’origine ou l’appartenance à un groupe quelconque, social, ethnique, religieux, linguistique, … est sans fondement légitime.

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.” Article 1.

Parallèlement, Saidou Abatcha dit que la nature devrait inspirer la vie des humains. « Le soleil brille sur tout le village et la nuit tombe aussi sur tout le village», dit-il en sa sagesse. Ce magicien du langage, ajoute qu’il ne devrait pas y avoir une catégorie de gens se gavant d’un côté, alors qu’il y en a une qui est affamée de l’autre côté.

Lire aussi : Cameroun: une organisation de défense des droits de l’homme exige la libération de 7 journalistes

Saïdou Abatcha au Réservoir jeudi

En novembre 2020, Saidou Abatcha a comparé la République à une toilette. “La république c’est comme les toilettes, quand on y rentre, on aime bien que ça soit propre”, trouve-t-on sur sa page Facebook.

De ce fait, le comédien invitait les chefs des républiques à gouverner comme de bons parents qui travaillent pour le bien-être de leurs enfants.

Eric Niyoyitungira

Articles similaires

Mali: le Parlement panafricain veut plus d’efforts pour retrouver Soumaïla Cissé

RFI AFRIQUE

Burundi-SNU : Vive la “ dignité, liberté, justice pour tous”

LE JOURNAL.AFRICA

« Uri umwo ? Uradeya ? Ni akavubu ? » : Ikirundi kiri kune kikaba gutanu

YAGA BURUNDI
%d blogueurs aiment cette page :