LE JOURNAL.AFRICA
ECONOMIE

Une nouvelle technique d’augmenter la production du manioc sur le point d’être vulgarisée

La famille présidentielle a procédé lundi 5 août 2019, à la récolte du maïs et du manioc dans son complexe agro-pastoral de Rutanga en commune Gashikanwa dans la province de Ngozi.

Le Chef de l’Etat Pierre Nkurunziza n’a pas caché sa satisfaction quand il a trouvé qu’une seule bouture pouvait produire entre 15 et 20 gros maniocs, pesant à peu près 50 kg. La nouvelle technique utilisée pour planter les boutures de manioc doit être vulgarisée à grande échelle selon le Chef de l’Etat.

« Nous sommes très contents que Dieu a exaucé nos prières parce qu’avant de semer notre champ, nous avons d’abord imploré la bénédiction du Seigneur. C’est pourquoi nous avons récolté notamment le manioc et le maïs et nous avons trouvé que sur une bouture on peut facilement avoir entre 15 et 20 maniocs. La récolte est très bonne! », s’est exclamé le Chef de l’Etat.

Pierre Nkurunziza a expliqué que la technique utilisée pour produire beaucoup de manioc a été apprise à Kirundo. Selon le Président de la République, c’est une technique qui fait augmenter énormément la production jusqu’à pratiquement 300% par rapport à la production habituelle.

Par la même occasion, le Président de la République a demandé au ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage de vulgariser à grande échelle cette technique qui pourra contribuer efficacement à avoir des récoltes très satisfaisantes au niveau du manioc à travers tout le pays.

Tout comme pour le maïs, le Chef de l’Etat a indiqué que cette denrée est récoltée deux fois par an dans ses champs, c’est-à-dire pendant la saison A et pendant la saison B. Pour le Chef de l’Etat, cette pratique prouve que ses propriétés sont exploitées au maximum et qu’elle permet à sa famille d’avoir à suffisance une bonne récolte qui peut l’aider à joindre les deux bouts de l’année.

Le Président Pierre Nkurunziza a saisi cette occasion pour lancer un appel vibrant à l’endroit de toute la population burundaise de garder jalousement les récoltes, affirmant avoir appris que certains de ses compatriotes ont cette mauvaise habitude de vendre tout ce qu’ils ont récolté et de crier à la famine deux mois après.

« Nous trouvons qu’un homme intelligent est celui qui sait conserver et bien utiliser sa récolte. Il faut avoir suffisamment de l’intelligence pour éviter la famine au sein de la famille et vivre avec sérénité », a insisté le Chef de l’Etat.

Articles similaires

Leave a Comment

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.