LE JOURNAL.AFRICA
SOCIETE

Les partis politiques appelés à s’impliquer dans la mise en œuvre du PND

Le ministère des Finances, du Budget et de la coopération au Développement a procédé vendredi 17 mai 019, à la vulgarisation du Plan National du Développement (PND) auprès des représentants des partis politiques agrées au Burundi. Objectif: les inciter à porter plus loin et à expliquer à leurs membres le contenu de ce plan afin qu’ils puissent à leur tour participer et contribuer à sa mise en œuvre.

Selon le Ministre des Finances Domitien Ndihokubwayo, le PND est un outil très important qui retrace les grandes lignes directrices du développement du pays dans tous les secteurs de la vie nationale. Le Ministre Domitien Ndihokubwayo a expliqué que sa mise en œuvre requiert l’apport de tout un chacun pour faire du Burundi un pays émergeant à l’horizon 2027.

Le Ministre des Finances a laissé entendre que le choix des représentant des partis politiques pour la dissémination de son contenu est motivé par le fait qu’ils sont en contact permanent avec la population. Pour Domitien Ndihokubwayo, les partis politiques, dans leurs projets et programmes ne manquent pas d’axer leurs explications sur les programmes de développement.

« Si les partis politiques s’approprient du Plan Nationale de Développement, ils pourront aussi porter plus loin la voix pour expliquer son contenu à leurs membres, ce qui les amènera aussi à participer à sa mise en œuvre », a insisté le Ministre.

Les destinataires de ce message ont dans l’ensemble apprécié le contenu du PND. Ils ont aussi émis leurs avis pour une mise en œuvre effective, notamment la création d’un environnement saint, la promotion du secteur privé et celui de l’énergie comme base du développement. Ils ont également demandé à ce que ce document soit mis à leur disposition pour l’exploiter davantage.

Pour rappel, le Plan National de Développement a été lancé officiellement par le Chef de l’Etat Pierre Nkurunziza en date du 22 Août 2018 à Gitega, et le coût global s’élève à environ BIF 20 mille milliards, 400 millions.

Articles similaires

Burundi : 6% des ménages n’ont pas de latrines et 94% en disposent mais ne sont pas adéquats

LE JOURNAL.AFRICA

Non retransmission de la CAN2019: les tarifs exigés sont exorbitants (F.Nahimana)

RTNB BURUNDI

Les Chroniques du Vagabond : Ligala.com

AKEZA NETWORK
%d blogueurs aiment cette page :