LE JOURNAL.AFRICA
POLITIQUE

Burundi: le principal parti d’opposition, obtient l’autorisation pour un groupe parlementaire

Agathon Rwasa, presidential candidate of Burundi's main opposition party the National Congress for Liberty (CNL), speaks to media after filing a petition against the result of presidential and general elections at the constitutional court in Bujumbura on May 28, 2020. (Photo by - / AFP)
Au Burundi, le principal parti d’opposition, le Congrès national pour la liberté, le CNL dirigé par Agathon Rwasa, a obtenu hier soir l’autorisation de constituer officiellement un groupe parlementaire. Une avancée après deux mois de bras de fer avec le président de l’Assemblée nationale, souvent accusé de mener à la baguette la chambre basse du Parlement burundais.

En avril, le CNL avait été enjoint de formaliser l’existence de son groupe dirigé par son chef historique. Mais sa réponse s’était heurtée à un « non » catégorique du président de l’Assemblée nationale, jusqu’à ce que ce parti d’opposition décide d’engager publiquement le bras-de-fer avec lui il y a deux jours, en décidant de sortir d’une plénière mardi.

Agathon Rwasa et son parti le CNL ne s’avouent pas vaincu après le « non » du...   

Continuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

À la Une: Hambak évacué en France pour raison de santé

RFI AFRIQUE

Au Kenya, le poids des influenceurs dans la campagne présidentielle

RFI AFRIQUE

Élections au Burundi : l’inconvénient de l’avantage

YAGA BURUNDI