LE JOURNAL.AFRICA
CULTURE

«Cent ans de mémoire photographique» dans les rues de Brazzaville

Le Centre culturel Zola de Brazzaville expose du 12 mai au 12 juin plus de 700 photos retraçant l’histoire du Congo, de la période coloniale à nos jours. Recueillis auprès des foyers congolais, les clichés seront visibles en grand format dans les rues de la capitale. Vernissage ce vendredi 14 mai. 

Pendant un mois les Brazzavillois vont pouvoir (re)découvrir leur passé en plein air et en grand format. Sept-cent dix photographies, collectées auprès de la population, ont été numérisées et agrandies sur de grandes bâches de 2,50 mètres sur 1,20 mètre. Les panneaux géants sont disposés dans les lieux stratégiques de la capitale : place de la République, rond-point de la Poste, place de la gare, place de la Liberté ou square de Gaulle.

Un véritable engouement

Quarante autres photos sont exposées en petit format dans le tout nouveau « Centre culturel Zola » (« zola » signifie « fraternité » en langue kongo). C’est son directeur Hassim Tall Boukambou, également documentariste, qui est commissaire de l’exposition. « Je travaille depuis longtemps sur les archives photographiques et audiovisuelles, explique-t-il. J’ai eu l’idée d’associer le maximum de Congolais, parce qu’à chaque fois, mes films étaient agréablement accueillis par le public et j’ai senti la volonté des gens d’aller plus loin, de connaître leur histoire ».

Pour les Archives nationales du Congo

Avec l’aide de son équipe et de bénévoles, il organise le traitement des photos de famille recueillies auprès de ses compatriotes. 1 121 clichés, moitié sous format papier, moitié sous format numérique, affluent de tout le Congo, mais aussi de France ou des États-Unis. « Les photos continuent d’arriver, s’étonne Hassim Tall Boukambou, c’est un véritable engouement. Nous avons reçu une trentaine de photos des années 1930 aujourd’hui-même ! ». Toutes rejoindront les Archives nationales du Congo. Une opération menée en partenariat avec le ministère congolais de la Culture et des arts et l’ambassade de France.

Des instantanés souriants ou tragiques

Les 710 photos sélectionnées pour l’exposition comprennent bien sûr des portraits de personnalités politiques ou publiques, mais avant tout des clichés de Congolais anonymes. La majorité date des années 1950 aux années 1980, certains des années 1940, de rares autres sont beaucoup plus anciens. Des photos qui ont encouragé les échanges entre les générations, raconte Hassim Tall Boukambou, en particulier au sein des familles. Toutes illustrent à leur façon des périodes marquantes de l’Histoire...   

Continuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

Un jeu pour tester ses connaissances sur l’Afrique

RFI AFRIQUE

« Uri umwo ? Uradeya ? Ni akavubu ? » : Ikirundi kiri kune kikaba gutanu

YAGA BURUNDI

Festival afropolitain nomade lance sa 7ème édition, avec COVID-19 comme un défi majeur

LE JOURNAL.AFRICA