LE JOURNAL.AFRICA
DIPLOMATIE SÉCURITÉ

RDC: comment protéger des civils avec des criminels de guerre?

La présence en Ituri et au Nord-Kivu d’officiers congolais recherchés par la justice militaire pour des crimes graves mais jamais traduits en justice, empoisonne les relations entre l’ONU et l’armée congolaise, empêchant un plein soutien aux opérations. Et ce alors que la population les accuse de ne pas faire assez pour mettre un terme aux massacres. Enquête.

Le 20 juillet 2009, le major Egide Ngoy, commandant de la base navale de Moliro, sur les bords du lac Tanganyika, fait arrêter à Moba, à près de 300 kilomètres de là, un homme qui se ferait passer pour le frère du président Joseph Kabila. Raison officielle : trafic d’influence. Il jette aussi dans le cachot des FARDC de Moba Port deux femmes. L’une d’elles, tout juste âgée de 21 ans, s’avère être l’épouse du présumé usurpateur. Le lendemain dans la soirée, le major décide de la faire venir à l’hôtel Munaka où il a établi ses quartiers. Il prétend vouloir prendre sa déposition, mais la viole, selon les dires de la jeune femme.Quinze jours plus tard, le 5 août, à Kalemie, chef-lieu du territoire, celle-ci décide de porter plainte pour viol. Elle s’est plainte au supérieur du major Egide Ngoy, le commandant du premier groupement naval des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à Kalemie et au directeur provincial de l’Agence nationale de renseignements (ANR) qui décident de transmettre sa plainte à l’auditorat militaire de garnison de Kalemie. Son audition est couchée sur PV.Elle va subir un examen médical, être confrontée à celui qu’elle accuse. Devant la gravité des faits, l’auditeur décide d’organiser une descente sur le terrain pour interroger différents témoins et reconstituer les faits. Le dossier est bouclé, mais le temps passe. Malgré la pression de l’ONU, de la société civile, le major incriminé n’est pas arrêté. Le major Egide Ngoy est « un mouton noir », explique l’un de ses collègues au sein des forces navales. « Il était accusé de beaucoup d’exactions, de voler la paie de ses militaires, mais il a toujours échappé aux sanctions. Sa promotion a été fulgurante ».

Commandants des opérations en Ituri

En 2009, Egide Ngoy est déjà plus gradé que l’auditeur militaire de garnison de Kalemie. Le dossier est transféré à l’auditeur militaire supérieur de Lubumbashi qui ordonne début décembre son arrestation. A ce jour, le mandat n’a toujours pas été exécuté. Le major se replie sur sa base de Moliro et se fait oublier.Sept ans plus tard, en 2016, Egide Ngoy n’a pas bougé. Il est devenu lieutenant-colonel et est à nouveau accusé de viol, cette fois sur mineure. La victime a 15 ans et l’accuse d’avoir abusé d’elle pendant deux ans. L’auditeur militaire supérieur de Lubumbashi se retrouve avec un deuxième dossier et ordonne à nouveau son arrestation. Cela n’empêche pas Egide Ngoy d’être promu. Juste avant de quitter le pouvoir, le 27 décembre 2018, Joseph Kabila le nomme contre-amiral. Jusqu'à ce week-end, il était même commandant ad interim du secteur opérationnel des FARDC en Ituri.Egide Ngoy fait partie de cette dizaine d’officiers fugitifs qui échappent jusqu’ici à la justice militaire congolaise et qui ont été repérés au cours de l’année écoulée dans les provinces aujourd’hui sous état de siège en RDC.Son prédécesseur en Ituri, le général Honoré Chiviri Hamuli, aurait lui aussi dû être arrêté et jugé pour viol sur mineure et séquestration. Les faits remontent à 2017. Ils se déroulent à Kamituga, dans la province du Sud-Kivu. À l’époque, Honoré Chiviri Hamuli n’est que colonel. « L’auditeur militaire de Bukavu a bouclé toute l’enquête, il l’a fait arrêter », explique une source au sein de la justice militaire. « Mais il a été libéré, on n’a jamais compris pourquoi ». Le 12 octobre 2017, il revient même sur les lieux de son forfait et jure devant la population que les charges ont été abandonnées. « Il est devenu général et devrait être jugé par la haute cour militaire à Kinshasa, mais l’auditorat militaire de Bukavu ne s’est pas encore dessaisi du dossier », explique une autre source au sein de la justice militaire congolaise, qui assure ne pas savoir pourquoi le transfert n’a toujours pas eu lieu.Le général Chiviri Hamuli a été rappelé en février 2020 à Kinshasa, officiellement pour consultations. Mais selon des sources au sein des FARDC, comme son chef, le général Innocent Kabundi, il aurait été soupçonné de trafic illégal des ressources avant d’être nommé commandant adjoint du centre d’instruction de Kisangani. Chiviri Hamuli n’en est pas à sa première enquête avortée pour ce motif. Selon le groupe d’experts des Nations unies sur le Congo, les FARDC avaient ouvert en septembre 2016 une enquête pour exploitation illégale des ressources à Kamituga. Le général était accusé avec d’autres officiers d’avoir trempé dans le trafic d’or en relation avec un groupe armé.« Ce dossier-là n’est jamais arrivé sur la table de l’auditorat militaire de Bukavu », assure encore une source au sein de la justice militaire congolaise. « Ça ressemble beaucoup aux faits qui lui sont reprochés en Ituri », confirme du bout des lèvres un officier. En 2010, toujours selon le groupe d’experts de l’ONU, ses hommes avaient été accusés d’avoir intercepté une cargaison d’or convoyée par des rebelles hutus rwandais FDLR. Ils avaient exécuté leur chef qui s’était pourtant rendu et avaient empoché le butin. « Les FARDC ont promis d’enquêter sur cet incident », peut-on lire dans un rapport du...   

Continuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

Beni : attaque du centre de santé de Ngoyo par les Maï-Maï

OKAPI CONGO

Au moins 20 morts dans une attaque au Burkina Faso

BBC AFRIQUE

Mali: la mission de la Cédéao poursuit ses rencontres

RFI AFRIQUE