LE JOURNAL.AFRICA
SOCIETE

Centrafrique: le plus célèbre dancing de Bangui rouvre ses portes malgré le couvre-feu

Bangui vit au rythme du couvre-feu depuis début janvier. Et l’une des conséquences, c’est la fermeture des restaurants et boîtes de nuit le soir et la nuit. Ce week-end, c’est l’une des institutions de la capitale, le Zodiaque – ouvert dans les années 2000 et qui n’avait pas fermé ses portes pendant la crise de 2013 – qui a rouvert ses portes, mais dans le cadre des horaires officiels instaurés par les autorités.

Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

Les videurs à gros bras sont là, les grandes portes à battant s’ouvrent et se referment sur les clients. À l’intérieur, il fait noir, la musique tourne à plein régime et sur la piste, couples et célibataires se trémoussent.

Cependant il est 4 heures de l’après-midi, mais Achille, le patron du lieu, s’est résigné à ouvrir la journée : « Ce sont les gens qui me demandent. Moi, normalement, ça ne me plait pas parce que c’est une boîte de nuit, pas une boîte de jour. Je suis obligé d’accepter parce que les clients le demandent. Il faut s’adapter parce que c’est un peu difficile. Le vrai problème est qu’il y a des personnels qui sont à la maison et moi, il faut que je tourne. Le couvre-feu, on ne sait pas quand il va finir. »

Profiter

Whisky à la main, costume et chapeau sur la tête, Rufin est venu profiter : « On est venus passer un petit moment de la Saint-Valentin entre amis. » Rufin est commerçant et c’est important pour lui de pouvoir se changer les idées en cette période difficile : « On le vit très durement parce que les prix galopent. Le corridor de Bangui-Douala n’est toujours pas ouvert et ce n’est pas évident. Donc, tout le monde prend un coup, ce qui fait que le portefeuille est très rétréci. Donc, du coup c’est un peu l’angoisse. Se changer les idées, c’est tout ce qu’il nous reste dans un pays comme le nôtre où les choses vont mal. »

La capitale vit sous couvre-feu de 18 heures à 5 heures. Des discussions sont en cours pour alléger le dispositif.

Articles similaires

Les réfugiés burundais en Tanzanie redoutent le début du rapatriement forcé

RFI AFRIQUE

Ni igiki gituma abantu biyandikako izina ry’umuririmvyi Natacha ku mibiri yabo?

YAGA BURUNDI

#ThePoliticianWeWant : Bugenyuzi, le temps des comptes

YAGA BURUNDI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :