LE JOURNAL.AFRICA
EDUCATION SÉCURITÉ

RDC : quand l’université se transforme en champ de bataille !

l'Université Officielle de Bukavu
Un étudiant de troisième année de graduat en droit public à l’Université Officielle de Bukavu (UOB) a perdu la vie le samedi 2 avril 2022, lors des tensions au sein de cet établissement. C’est depuis la journée du vendredi 01 avril 2022 que les manifestations avaient commencé suite à une probable hausse des frais académiques.

Une vive tension s’était observée dans la matinée du samedi 2 avril 2022 à l’Université Officielle de Bukavu (UOB) vers le quartier Nyakaliba (dans l’Est de la RD Congo). Des étudiants en colère avaient barricadé l’entrée principale de leur établissement pour exiger l’affichage des frais académiques par le comité de gestion de leur université. Lors de cette manifestation, l’étudiant Jean-Paul Rusumba Birhakabulirwa de la G3 faculté de Droit aurait été battu par un membre de la brigade estudiantine de cette institution étatique. Ce dernier aurait succombé des suites de ses blessures, quelques minutes après son arrivée au dispensaire de l’Institut Supérieur des Techniques Médicales (ISTM). Son corps a été conduit à la morgue de l’hôpital général de référence de Bukavu.

« Les étudiants réclament la baisse des frais académiques depuis 3 jours. Ce samedi, une vive tension a éclaté entre étudiants et brigadiers. Un brigadier aurait donné des coups violents à cet étudiant de G3 Droit, et il a perdu la vie, quelques temps après avoir été amené au Centre hospitalier de l’ISTM situé à quelques mètres de là » ; a-t-on appris des camarades de la victime.

Des explications du porte-parole des étudiants

Alfred Mutesi, porte-parole des étudiants de l’UOB, dans un communiqué, a fait savoir que seules les promotions concernées par le système LMD paieront les majorations fixées par l’instruction académique 023 du ministère de l’ESU pour cette année académique. D’après ses explications, les frais payés l’année dernière seront reconduits pour toutes les autres promotions.

« Si les frais académiques n’avaient pas encore été affichés pour cette année académique, c’est simplement parce que le collège des étudiants n’avait toujours pas été d’accord avec le comité de gestion sur ce point. » ; a fait savoir Alfred Mutesi.

Pour ces étudiants, les frais ont été fixés par le ministre pour toutes les promotions. Pas seulement pour les classes de recrutement comme veut leur imposer le comité de gestion de leur université.

A lire : L’OMS-Burundi appuie les objectifs gouvernementaux à travers les ONGs locales

De la réponse de l’UOB

Dans sa communication, l’UOB a reconnu les faits. Pour cette université, les manifestations ont dégénéré, la brigade estudiantine était débordée.

« (…) La situation a dégénéré et des menaces à la machette et aux bâtons ont été amorcées par les manifestants contre les brigadiers. C’est ainsi qu’après avoir enregistré quelques blessés du côté de la brigade, débordée et en sous-effectif pour contenir les attaques des manifestants, la brigade a tenté de renvoyer les manifestants hors de la cour. Malheureusement dans la réplique d’un brigadier à un coup de bâton, l’étudiant de G3 Droit Jean Paul Rusumba Birhakabulirwa a été blessé et amené d’urgence au centre hospitalier de l’ISTM où il est décédé. Après cet événement fort regrettable, les manifestants ont détruit le bureau du collège des étudiants et pillé toutes les boissons et aliments qui étaient prévus pour la fête » ; peut-on lire dans ce document.

La cellule de communication de l’UOB demande la clairvoyance de lecteurs des différents messages, car « des publications tendancieuses sont diffusées par ces groupes d’intérêt ».

La brigade : cette milice qui terrorise les étudiants

Dans plusieurs universités congolaises, les étudiants, surtout les nouveaux sont terrorisés par la brigade estudiantine mise en place au sein de leurs universités. Cette brigade fait recours aux intimidations et à des mesures coercitives très rigoureuses qui ne cadrent pas avec les sanctions académiques prévues dans le règlement d’ordre intérieur des universités.

Composée uniquement des étudiants, la brigade estudiantine devrait en principe aider à éviter les troubles en milieu universitaire. Elle n’est en aucun cas autorisée à recourir à la violence pour soumettre un étudiant à l’une de ses obligations.

Dans plusieurs universités publiques, la légendaire brigade est en quelque sorte les yeux et les oreilles du comité de gestion.

« Il suffit que les étudiants entreprennent un petit mouvement de revendication et directement, les autorités académiques sont mises au courant. Cette situation ne nous permet pas en tant qu’étudiants de revendiquer librement nos droits, de peur d’être renvoyés » ; nous confie Delphin Kambale étudiant à l’Université Officielle de Beni.

Pour faire face à cette problématique, certaines universités commencent à remplacer la brigade estudiantine par une police universitaire indépendante. Ces éléments sont recrutés par l’université et reconnus par elle. Ils sont dans l’obligation de veiller à la sécurisation du patrimoine de l’université et des étudiants pendant les activités académiques. La présence de cette dernière limite tant soit peu les troubles.

A lire aussi : RDC : la situation sécuritaire dévient inquiétante à Goma sous état de siège, le corps sans vie d’un autre jeune a été retrouvé au lac Kivu

Augustin Sadiki

Articles similaires

«Touristes» russes arrêtés au Tchad: ce que l’on sait

RFI AFRIQUE

RDC : Nouvelle atteinte à liberté de la presse à Baraka

Musa Baruti

Nord-Kivu : reddition du chef milicien Nyatura Delta avec ses hommes

OKAPI CONGO
%d blogueurs aiment cette page :