LE JOURNAL.AFRICA
POLITIQUE

RDC : Les dessous du conclave de Naïrobi

C’était un des rendez-vous les plus attendus en République démocratique du Congo. Depuis plusieurs jours, le pays vit sous une nouvelle agression rwandaise à peine cachée derrière la prétendue rébellion du M23. Félix Tshisekedi, qui n’a pas hésité à condamner ouvertement Kigali, était donc attendu au tournant tant à Kinshasa qu’à l’étranger.

En effet, le président Kenyan et en même temps président de l’East african community (EAC), Uhuru Kenyatta avait appelé le 15 juin au déploiement d’une force régionale dans l’Est de la RDC afin d’y rétablir la paix. « La Force régionale de l’Afrique de l’Est doit être immédiatement déployée dans les provinces d’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, afin de stabiliser la région et rétablir la paix », a-t-il déclaré. Selon lui, le « conflit ouvert » en cours dans l’Est de la RDC menace de faire dérailler les efforts politiques destinés à rétablir l’ordre au Congo-Kinshasa, dont la population est estimée à environ 90 millions. 

Cette sortie du président Kenyan arrivait alors que sur le terrain militaire, le groupe M23, appuyé par l’armée rwandaise, avait conquis la cité de Bunagana, à la frontière avec l’Ouganda. Dans un communiqué, Uhuru Kenyatta avait dans la foulée le 3ème Conclave des chefs d’Etat de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) sur la situation à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) au au State House à Nairobi.

Continuer la lecture de cet article sur POLITICO CD

Articles similaires

Saleh Kebzabo: «Le parti au pouvoir n’a absolument aucun bilan à présenter aux Tchadiens»

RFI AFRIQUE

Peu d’engouement dans les bureaux de vote en Tunisie

BBC AFRIQUE

Cameroun: les bureaux de votes ont fermé, un mort dans les régions anglophones

RFI AFRIQUE