LE JOURNAL.AFRICA
LITTERATURE

Prix Nobel de littérature : “ Paradis ” d’ Abdulrazak Gurnah, un roman qui atteint son apogée

Abdulrazak Gurnah

Écrit en 1995 et paru en octobre 1999, le “Paradis ” d’ Abdulrazak Gurnah vient d’avoir le sacre le jeudi 7 octobre 2021 à Stockholm(Suisse). Ce livre d’un anglophone de nationalité tanzanienne parle de la cohabitation en ville. Le roman analyse une culture de l’échange d’un récit dont Yussuf est le héros  provenant des profondeurs du pays appelé “ pays sauvage ”, pour joindre  un milieu urbain dite civilisée.

 Le jeune Yussuf est en constante observation du monde qui l’entoure, ce qui lui permet d’évoluer par le biais du contact avec autrui. Le jeune Yussuf se fait éduquer par d’autres personnages plus vieux et plus expérimentés que lui notamment  Mohamed, a-t-on constaté. Il va faire du commerce, apprendre la différence entre une vie civilisée et la vie sauvage. 

La formation du jeune homme se fait donc par l’échange avec autrui. Les passages de Yussuf parlent d’ailleurs autant du  commerce que de la maîtrise de l’écriture. 

Cependant, Yussuf a quitté ces contrées dites sauvages pour la vie urbaine. Il participe aux voyages des caravanes pour faire du commerce. le protagoniste atteint le statut d’ un “ civilisé ». Ce roman fait penser à une biographie. Et pourtant. Il est  fictif  parce qu’il raconte essentiellement  la vie d’un  personnage  Yussuf fabriqué de toute pièce.

A lire : Littérature: «Manuwa Street», plongée dans un Lagos intime

En quoi ressemble  “Paradis ”ce roman d’Abdulrazak

“Paradis” est un roman qui transcende de façon interne  les limites du genre. Le genre romanesque, selon l’appellation de Schaeffer, écrivain allemand. Cet acte communicationnel, selon lui. Il peut englober d’autres actes communicationnels  sans  que cette hiérarchie  entame la logique de l’exemplification générique globale propre à chacun, explique t-il.

Ce roman “Paradis” est un récit « empathique et sans compromis des effets du colonialisme mais aussi le destin des réfugiés pris entre les cultures et les continents ». Il est l’auteur de dix romans, dont « Près de la mer » en 2006, et de nouvelles.

En ce sens, “Paradis” serait à la fois un récit , sous forme de conte, de nouvelles dans les perspectives d’échange dynamique au sein du genre romanesque englobant.

Rappelons qu’Abdulrazak Gurnah, le romancier tanzanien, est le deuxième africain que l’Académie suédoise a couronné par le prix Nobel de littérature. Le premier était le Nigérian Wole Soyinka en 1986. Ce dernier est né à Lagos en juillet 1934.  

A lire aussi : Prix Nobel de littérature 2021 : qui est l’écrivain Abdulrazak Gurnah

Blandon Uwamahoro

Articles similaires

Décès de Toni Morrison, prix Nobel de littérature

BBC AFRIQUE

Littérature: «Manuwa Street», plongée dans un Lagos intime

RFI AFRIQUE

Rencontre avec Lyonel Trouillot, maître conteur de Port-au-Prince

RFI AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :