LE JOURNAL.AFRICA
EDUCATION Portait

Paul Ntukamazina, une figure emblématique pour l’éducation de la jeunesse burundaise

Paul Ntukamazina figure emblématique
Déclaré le 7 mars dernier, docteur Honoris causa par l’université américaine United Graduate College and Seminary International. Paul Ntukamazina, est le fondateur et le représentant légal de l’Université Lumière de Bujumbura. Père de quatre enfants, il est l’une des figures emblématiques pour l’éducation de la jeunesse burundaise.

Homme dévoué de leadership à la représentation de cet établissement académique de renommée au pays, Paul Ntukamazina est né au Sud-est de Rutana en commune Mpinga- Kayove, dans une famille paysanne vivant de l’agriculture et de l’élevage. Il est le fils de Gaseru Nicesse et Simbakwira Berthe. Son père est mort à l’âge de 88 ans et sa mère est morte à l’âge de 92 ans.

En 1961, Il commence ses études à l’école primaire de Gitwa pour une seule année. Ensuite, il continue ses études à l’école primaire de Kayero de la même commune de  Mpinga- Kayove. Après avoir reçu le concours national, il poursuit ses études d’instituteur à l’école secondaire de Kibimba à Gitega. Il devient enseignant à l’école primaire à Kibimba pendant deux ans après les études secondaires.

Plus tard, en 1974, il poursuit les études supérieures à l’ancien Zaïre à l’Université méthodiste de Lubumbashi où il a fait quatre ans dans la faculté de théologie. Dès son retour au Burundi, il a travaillé pendant sept ans à l’école primaire de Kayero comme directeur adjoint des enseignements. Il enseignait également les enseignements bibliques à l’église Méthodiste.

En 1982, Paul Ntukamazina poursuit les études théologiques en master aux Etats Unis à l’Université Gladston Western Evangelical Seminary, actuelle George Fox University. Dès son retour des USA en 1986, il continue à travailler pour le gouvernement burundais et à former les gens à produire des œuvres bibliques en Kirundi. À 33 ans de carrière, il a été déclaré docteur Honoris causa par l’université américaine, United Graduate College and Seminary International.

Une enfance pas tellement aux anges du ciel !

M.Ntukamazina est né dans une famille de huit enfants dont six filles et deux garçons. Il est l’avant dernier de sa famille. Il n’a pas eu une enfance aussi facile qu’on le croyait, car il devait participer aux travaux ménagers.

Au-delà des travaux ménagers, il devait nécessairement berger les vaches et les chèvres. Il devrait également faire 7 km pour l’école primaire de Gitwa et 8 km pour l’école primaire de Kayero.

Un garçon chrétien et convaincu, Paul décide d’aller à la recherche de son amour. En 1982, il épouse une fille aussi chrétienne que lui. Paul Ntukamazina est actuellement  père de quatre enfants et dix petits-enfants.

Du reves à la réalité 

Après avoir vu que la nation avait besoin des personnes qualifiées, c’est ainsi que Paul mûrit l’idée. Il créa l’Université Lumière de Bujumbura en 2000. Au départ, l’institution commence avec trois grandes facultés notamment celle des sciences de la communication, de gestion et la faculté de théologie.

Il était convaincu que le pays avait besoin des bons communicateurs et des gestionnaires. En plus de cela, il estimait que plus de 90% de la population burundaise croit à la parole de Dieu. C’est alors que cette population avait besoin des théologues qualifiés afin d’enseigner la parole de Dieu.

Cette université compte six campus avec plusieurs facultés différentes. Elle compte environ 6000 étudiants dans les programmes de Baccalauréat et de master. Au cours  de 22 années d’existence, cette institution a déjà diplômé environ 50 000 étudiants dans différents domaines.

A lire : La Côte d’Ivoire se mobilise pour lutter contre la désertification et la sécheresse

Du succès mais aussi des grands défis!

Tout n’a pas été rose. En 2000, pendant que  le pays traversait une période de crise interethnique et  politique, il était difficile d’étudier. A côté de cela, les gens ne croyaient pas à ce que j’étais entré de mettre en place. Je me sentais isolé, déçu et minimisé. Les gens me disaient que j’étais entré de rêver à des projets irréalisables. Et en plus de cela, les moyens financiers étaient limités.

Comment M. Ntukamazina faisait  face à ces défis? Il prenait du temps pour prier Dieu. Et il continue toujours à prier car il croit en Dieu. Ensuite, il expliquait ses  projets à des investisseurs et à des gens honnêtes, courageux et ambitieux et finalement tous ces gens l’ont cru et ils sont devenus des collaborateurs. Il encourage le leadership pour réaliser ses projets.

Qu’est-ce qu’il préfère faire dans son temps libre? 

Dans son temps libre, Paul se repose et aime prier dans un endroit calme donc il aime le salut. Son temps libre est tellement bénéfique pour lui car il lit les œuvres scientifiques et il suit les conférences et les informations.

À part cela, il aime manger les fruits. Sa couleur préférée est la couleur de l’Université Lumière de Bujumbura. Car pour lui, cette couleur inspire de la sagesse et de la réflexion.

Qu’est-ce qu’il conseille à la jeunesse

Le représentant conseille la jeunesse burundaise en particulière et de la sous-région en générale d’avoir un esprit de discernement. Un jeune doit nécessairement penser à son identité donc de qui il est et de qui il sera dans l’avenir. Ensuite il doit penser à comment doit-il y parvenir.

Surtout les jeunes doivent êtres des humains. C’est-à-dire ils doivent êtres des gens qui aident les autres et qui acceptent d’être aidés. Des personnes qui travaillent dur, courageuses, sérieuses et compétentes. Ils doivent nécessairement collaborer avec des gens expérimentés et ils doivent développer un esprit de leadership.

Paul Ntukamazina est passionné de la parole de Dieu et de la recherche scientifique. Un homme courageux, ambitieux, visionnaire, et qui développe surtout un esprit de leadership.

 A lire aussi :  Burundi-Education Politique salariale : Un pas est franchi mais le chemin reste long

Willy Muhindo

Articles similaires

RDC : les élèves reprennent le chemin de l’école

OKAPI CONGO

RDC : Thomas Luhaka promet de soumettre au gouvernement les revendications des personnels de l’ESU

OKAPI CONGO

Kenya : Le 19 octobre ; une probable réouverture d’école

LE JOURNAL.AFRICA
%d blogueurs aiment cette page :