LE JOURNAL.AFRICA
EDUCATION

Niger: l’éducation est mise à l’agonie par la COVID-19

Au Niger, 99% des enfants âgés de 10 ans ne savent ni lire ni écrire. D’après  la Banque mondiale, plus de la moitié des enfants Nigériens dont l’âge est compris entre sept ans et douze ans, ne sont pas scolarisés. Un seul enseignant sur trois dispose d’un niveau de compétences acceptable. Seulement 20,5% des élèves obtiennent leur diplôme selon l’étude de l’UNICEF en 2017.

Les filles qui habitent en milieu rural et les enfants en situation de handicap fréquentent difficilement l’école. Ce système éducatif fait face également à une forte croissance démographique. Un nombre insuffisant d’inscriptions et des taux d’abandon scolaire élevés s’observent.

En 2020, la crise sanitaire de la COVID-19 a aggravé la situation. Au printemps de 2020, le gouvernement a annoncé la suspension des cours dans toutes les écoles du pays pour limiter la propagation du virus. Aucune solution globale d’enseignement à distance n’était offerte aux jeunes Nigériens sauf ceux de Niamey la capitale.

« Les enfants des zones rurales, n’ont pas pu poursuivre leur scolarité. Ce qui a renforcé la crise éducative du pays où 99 % des enfants de 10 ans ne peuvent ni lire ni comprendre une histoire simple », déplore Aissata Maiga, une enseignante et directrice du quartier de Haro Banda, dans la banlieue de Niamey.

Une enseignante se bat pour une éducation de qualité

Aissata Maiga dit que le bonheur des enfants se trouve dans une bonne éducation. « Je ne peux pas séparer ma vie privée de ma profession. Je considère mes élèves comme mes enfants, et eux me voient comme leur maman», déclare M. Maiga, avant d’ajouter qu’elle mène un combat pour une éducation de qualité.

Signalons qu’avec un budget de 140 millions de dollars, la Banque mondiale va aider le gouvernement nigérien à améliorer la qualité des services éducatifs, dans le but de renforcer le capital humain.  Le projet compte également améliorer la qualité de l’enseignement et des conditions d’apprentissage.

Eric Niyoyitungira

Articles similaires

Kongo-Central : manque d’écoles dans certains villages du secteur de Lufu

OKAPI CONGO

Mauritanie: les autorités veulent mieux contrôler les écoles coraniques

RFI AFRIQUE

Manifestations des élèves : le ministre de l’EPST dénonce une manipulation

OKAPI CONGO
%d blogueurs aiment cette page :