LE JOURNAL.AFRICA
SÉCURITÉ Transports

Les accidents mortels au Burundi se font sur les routes macadamisées (Sébastien Pilote)

Des nombreux accidents mortels au Burundi se font sur les routes compactées. Sébastien Pilote, expert en conduite automobile sur la sécurité routière s’explique par l’excès de vitesse ou inadéquate sur ces routes. Il interpelle les chauffeurs au respect de panneaux de signalisation du Code de la route.

Ce week-end, lors de la clôture d’une formation organisée par le Bureau d’Etudes, Expertises et Conseils en Automobile-BECA aux chauffeurs. Cet expert met un accent sur les comportements brutaux des chauffeurs et la vitesse excessive restent les causes des accidents.

Devant les apprenants, chauffeurs du CICR-Burundi, M. Pilote n’a cessé de parler de chiffres alarmants des accidents mortels au Burundi.

« Depuis 2016, les routes emportent plus de 430 personnes chaque année. Le nombre de victimes des accidents routiers n’a cessé d’augmenter depuis les trois dernières années, a-t-il dit.

Le taux de morts causés par les accidents a augmenté de 22%.  Passant d’un nombre de 433 décès en 2016 à 533 en 2018.

Selon un rapport de l’OMS en 2017, l’accident routier est l’une des principales causes de décès au Burundi.

Une sur vingt-cinq personnes meurt à cause des accidents de la route. D’après ce rapport, environ 11 personnes meurent chaque jour d’accidents de la route, soit en moyenne 1 décès toutes les 3 heures.

Que faut-il faire ?

La prudence est la meilleure façon d’éviter les accidents roulages selon M. Pilote. Et surtout en respectant les droits de ceux qu’il a appelé « Les personnes vulnérables. » Qui sont : Les piétons, les cyclistes, les vieillards, les personnes handicapées mentales ou physiques, les femmes enceintes et les enfants.

Toutefois, l’expert Pilote rappelle aussi au respect de panneaux de signalisation du Code de la route.

Pour la même occasion Sébastien Pilote explique que, plus qu’une vitesse est grande et les risques d’accidents augmentent. Et cela est proportionnel aux risques de causes de décès.

Par exemple : – une voiture qui roule à 60 KM/H, le risque d’accidents est de 20%  .

–          Une autre qui se déplace à plus de 90 KM/H, le risque d’accidents est de 70% .

Par ailleurs, un véhicule qui roule à 30KM/H, a 10% de risque de décès.

–          Un autre qui se déplace à plus de 65KM/H, le  risque de décès est de 90% .

Pourquoi de telles formations ?

Pacifique Nsabimbona, Directeur Général du BECA, hormis la demande du CICR-Burundi pour cette formation d’une semaine, nous avons l’objectif de réduire les accidents routiers.

Par Freddy bin Sengi

Articles similaires

RDC-UVIRA : Deux personnes kidnappées par les hommes armés inconnus

LE JOURNAL.AFRICA

Des blancs parmi les ADF capturés par les FARDC (Porte-parole)

POLITICO CD

Uvira : des officiers militaires échangent sur les défis et menaces sécuritaires dans la plaine de la Ruzizi

OKAPI CONGO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :