LE JOURNAL.AFRICA
ECONOMIE

Le Kenya perd son marché de khat en Somalie au profit de l’Ethiopie

Les producteurs kenyans de la drogue Khat (Khat) s’inquiètent de menace éthiopienne de leur marché d’écoulement en Somalie. La semaine dernière, pour la première fois l’Éthiopie a exporté sa récolte vers le pays.

Les médias locaux somaliens reportent que Ethiopian Airlines a présenté samedi le 17 octobre la première expédition de la récolte à l’aéroport international d’Aden Adde, à Mogadiscio. Cette situation à soulever d’inquiétudes aux producteurs kenyans, considérant qu’ils contrôlent depuis longtemps les exportations somaliennes.

Maintenant, les producteurs éthiopiens contrôlent le marché d’Hargeisa. Les Kényans n’ont pas réussi à pénétrer le marché en raison des taux d’imposition élevés.

Quel est le nœud du problème ?

Les journalistes ont rapporté que le gouvernement somalien avait autorisé l’Éthiopie à faire des affaires dans le pays. Tandis que les sanctions contre le Kenya se poursuivaient.

Le président de l’Association des producteurs de Khat de Nyambene, Kimathi Munjuri, signale le gouvernement somalien a renforcé la sécurité dans le sous-continent indien pour s’assurer qu’aucun kraal du Kenya ne soit importé dans le pays.

Pour sa part, le président de l’Association des producteurs de Khat, M. Mohamed Quresh, a déclaré que le gouvernement somalien avait également donné un délai de trois jours aux commerçants kényans qui avaient fait la contrebande dans le pays via Mandera pour qu’ils cessent de le faire immédiatement.

Quelles sont les conséquences ?

Selon M. Quresh, les compagnies aériennes qui transportaient la récolte vers la Somalie envisagent maintenant de se délocaliser en Éthiopie, où le niveau des échanges devrait être plus élevé.

Il a dit qu’il y avait des conditions strictes imposées par la Somalie, tous les migrants du Kenya dans le pays devraient être expulsés.

« Nous sommes conscients que la myrrhe d’Ethiopie est vendue à un prix inférieur tandis que le reste est retourné aux agriculteurs. De nombreux commerçants évaluent actuellement la possibilité de déménager en Somalie. Le plan vise à nous sortir complètement du pays. Dans l’état actuel des choses, seul le président Uhuru Kenyatta peut sauver l’industrie », a-t-il déclaré.

Que faut-il faire

  1. Munjuri a appelé le gouvernement kényan à s’entretenir avec la Somalie pour rétablir le contrôle du marché.

« Auparavant, la myrrhe éthiopienne n’était pas exportée vers la Somalie. Si ses utilisateurs sont autorisés à s’adapter à la myrrhe d’Ethiopie, nous risquons de perdre complètement le marché. Plus de 50 bateaux ont été envoyés dans le sous-continent indien pour nous empêcher d’entrer. Pourquoi notre gouvernement a-t-il permis à l’Éthiopie d’envahir notre marché ? » Il s’est exclamé.

Il a ajouté aussi que : « Nous savons que le dimanche 18 octobre, plus de 30 tonnes de myrrhe ont été livrées à Mogadiscio ».

Il a dit que les agriculteurs étaient maintenant fatigués de l’impasse qui a duré sept mois. Il a dit que beaucoup d’entre eux font face à des difficultés financières.

  1. Quresh a déclaré que la situation était encore affectée par la prochaine élection présidentielle du pays.

Par Sam Odhiambo

Articles similaires

Le Burundi met en place une stratégie nationale de redynamisation de la filière coton

RTNB BURUNDI

Côte d’Ivoire : les cabosses de cacao transformées en biocharbon

BBC AFRIQUE

Sur les traces des «Connaisseurs» de Bujumbura

YAGA BURUNDI
%d blogueurs aiment cette page :