LE JOURNAL.AFRICA
POLITIQUE SÉCURITÉ

Kenya : la police autorise la tenue de rassemblements sans violence ou qu’un groupe soit attaqué (Hillary Mutyambai)

Ce vendredi dernier, la police kenyane d’anti-émeute a pris d’assaut un rassemblement de partisans du vice-président William Ruto. Des polémiques autour, l’inspecteur général de la police devait défendre l’action de la police.

 Via son compte twitter dans la matinée de ce vendredi, l’inspecteur général de la police Hillary Mutyambai déclare que la police autorise souvent la tenue de rassemblements après s’être assuré qu’il n’y avait aucun risque de violence ou qu’un groupe soit attaqué.

«J’ai vu des plaintes pour discrimination dans les forces de l’ordre concernant des réunions publiques. »

Répondant aux questions du public via Twitter ce 13 octobre, M. Mutyambai a déclaré que la police refusait souvent d’autoriser des réunions sachant qu’il y avait un risque pour protéger le public et les biens
.

Le Dr Ruto et ses associés ont blâmé la police pour la discrimination, affirmant que les règles annoncées par le Comité consultatif de la sécurité nationale (NSAC) la semaine dernière visaient à le faire taire.

Conformément à ce règlement, les organisateurs de rassemblements politiques doivent demander l’autorisation des agents en charge des commissariats de police de zone qu’ils prévoient de tenir trois jours avant la date de la réunion.

Bien que les complices du Dr Ruto l’aient fait à Kakamega, la police a annulé deux réunions au cours du week-end.

Jeudi la semaine dernière, la police a annulé six réunions du Dr Ruto et de ses associés dans les comtés de Kisii, Nyamira, Kwale et Kakamega.

D’autres dirigeants, dont le président du parti Kanu Gidion Moi et le candidat de l’ODM aux élections partielles d’Eeno à Msambweni, ont été autorisés à organiser des rassemblements tandis que les alliés du Dr Ruto se sont vu refuser les permis et les bonbonnes de gaz.

Les experts administratifs estiment qu’il est dangereux d’utiliser la police pour mettre fin aux rassemblements de certains politiciens et permettre à d’autres de le faire.

Par Sam Odhiambo

Articles similaires

Mali: la demande de liberté provisoire d’Amadou Sanogo de nouveau rejetée

RFI AFRIQUE

Nord-Kivu : les FARDC neutralisent Juvénal Nsabimana, un chef rebelle FDLR

OKAPI CONGO

RDC : Félix Tshisekedi et le cardinal Ambongo échangent sur les préparatifs de la visite du Président congolais au Vatican

OKAPI CONGO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :