LE JOURNAL.AFRICA
Droits de l'Homme

Burundi : Une bonne alimentation, un droit même pour les prisonniers

Ce mardi, le Comité International  de la Croix Rouge (CICR) a procédé à la remise des jardins pénitentiaires se trouvant à la prison centrale de Mpimba et celle de Bubanza à la Direction Générale des Affaires Pénitentiaires (DGAP). Le comité a aussi délivré les certificats aux 10 prisonniers qui ont bénéficié d’une formation sur l’entretien de ces jardins. Christian Gneba, coordinateur sécurité économique du CICR, parlant au nom de cette organisation a souligné que le but de ce geste est d’améliorer la situation alimentaire des prisonniers en général et en particulier à ceux qui souffrent des maladies chroniques. Les activités se sont déroulées à la prison centrale de Mpimba à Bujumbura.

Christian Gneba, a rappelé que ces activités ont débuté en 2016 que le CICR en collaboration avec la Direction Générale des Affaires Pénitentiaires se sont engagés dans la couverture des besoins nutritionnels des personnes privées de la liberté à travers la mise en place des jardins pénitentiaires et la distribution des vivres et de non vivres et aussi le suivi de la chaine alimentaire des prisonniers du Burundi.

Ce coordinateur sécurité économique du CICR se voit déjà dans un succès dans ce projet réalisé au courant de l’année 2019. Selon lui, cette réussite se traduit à travers les progrès significatifs réalisés dans l’ensemble des prisons du pays via l’évolution de l’indice corporel de masse moyen qui a passé de 14,5% en Mai 2016 à 7% en Juillet 2019, malgré l’arrêt de l’assistance alimentaire du CICR en Juillet 2018.          

Les champs octroyés comprennent des cultures des choux, des tomates, des poireaux et autres légumes.

 Du côté de la Direction Générale des Affaires Pénitentiaires au Burundi, Gervais Hajayandi, à la tête de ce bureau, félicite le CICR pour ces activités assez louables pour les locataires de Mpimba et Bubanza mais aussi a souligné le grand défi lié en grande partie au manque d’eaux surtout pendant la saison sèche.

M. Hajayandi, a sollicité l’appui de son collaborateur, CICR pour l’installation des tanks d’eaux au moment d’une carence.

Au total, ce sont 570 détenus malnutris sévères et modérés qui sont bénéficiaires du programme dont 254 de la prison centrale de Mpimba, 266 de Bubanza et 50 de Muramvya.

Par Freddy bin SENGI

Articles similaires

Soudan: soulagement après la libération d’Amira Osman, militante détenu au secret

RFI AFRIQUE

Frappes sur Bounti (Mali): l’ONG Human rights Watch demande une enquête impartiale

RFI AFRIQUE

Tchad: la société civile s’inquiète du sort des rebelles du Fact emprisonnés

RFI AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :