LE JOURNAL.AFRICA
JUSTICE

Burundi: Presque 7 000 ossements humains bordent la rivière Ruvubu

Ce lundi, la Commission Vérité et Réconciliation a officiellement lancé dans la province de Karuzi l’exhumation des ossements humains des victimes de la tragédie de 1972, pour la première phase.

C’est du moins la déclaration de Pierre Claver Ndayicariye, président de la Commission Vérité et Réconciliation au bord de la rivière Ruvubu qui limite la province de Gitega à celle de Karuzi en commune Shombo.

Cette activité a vu la participation des gouverneurs de ces deux provinces, les administrateurs communaux, les parlementaires élus dans les deux circonscriptions et le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Gaspard Banyankimbona qui, lui aussi, certains de sa famille ont été massacrés et jetés dans cet endroit.

C’est exactement à la colline Bukirasazi zone Nyabibuye commune Shombo où, pour le moment, la Commission Vérité et Réconciliation a déjà répertorié plus de 14 charniers dont 7 ont déjà été informés, vérifiés et confirmés avec environ 7000 personnes inhumées.

Cette commission nécessite un soutien considérable.

Ce sont les doléances du gouverneur de la province de Karuzi et celui de Gitega qui estiment ce travail d’une importance capitale pour le peuple burundais afin que la vérité soit mise en lumière sur ce qui a marqué ce carnage.

Les familles rescapées et victimes souhaitent que les auteurs de ce crime soient arrêtés et punis conformément à la loi.

Le président de la CVR dit que la plupart des personnes qui ont été massacrées étaient des détenus de la prison centrale de Gitega.

Cette activité nécessitant beaucoup de moyens matériels et financiers, Pierre Claver Ndayicariye sollicite le soutien du gouvernement.

Par Willy Ntakarutimana

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :