LE JOURNAL.AFRICA
SOCIETE

Burundi : Les criquets ravageurs des cultures ne sont pas dans nos murs

Rassure et confirme que les cultures burundaises sont hors d’état d’invasion des criquets ravageurs. Le ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage qualifie de fake news une information selon laquelle, il aurait apparu au Burundi ces insectes qui détruisent les champs. C’était dans une conférence de presse animée ce lundi.

Jean Claude Mbarushimana, Directeur Général chargé de l’agriculture au ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage a fait savoir qu’il y a depuis un certain temps une vidéo partagée sur les réseaux sociaux montrant que des criquets ravageurs des cultures sont apparus au Burundi spécialement à Kabezi en zone Gakungwe.

Les efforts du Ministère

Ipso facto, le ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage y a dépêché une équipe composée par des techniciens chargés des végétaux, les chercheurs de l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi (ISABU) en collaboration avec le bureau provincial de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage à Bujumbura rural avec l’administration locale en vue de vérifier la véracité de l’information, comme le fait savoir M. Mbarushimana.

Il indique que ces techniciens ont pu constater des criquets mais qu’après des observations, ils ont conclu que ces derniers vivent sur des arbres forestiers et rarement dans les champs de culture. Les types de criquets trouvés sur place sont scientifiquement nommés Zonocerus Variegatus, une espèce puante de couleur jaune mélangée de vert, de rouge  et de noir, a-t-on appris dans cette conférence de presse.

Il martèle en outre qu’il est interdit à la population de manger cette espèce de criquets puants.

Sur base de toutes les informations fournies par ces techniciens, le ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage dément l’information qui a été partagée sur les réseaux sociaux, déclare le directeur général  chargé de l’agriculture.

Il précise que ces criquets trouvés à kabezi sont habituels dans la plaine de l’Imbo et qu’ils n’ont aucun lien avec les criquets pèlerins qui ravagent des cultures actuellement dans les pays comme le Kenya, le Soudan du Sud et l’Éthiopie.

Les conseils aux agriculteurs et éleveurs

Le ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage tient à tranquilliser la population burundaise et plus particulièrement les agriculteurs et à les inviter à ne pas se fier à ce genre de message qui n’a qu’un but de distraire les agriculteurs, selon lui.

Ce ministère a profité de l’occasion pour demander à tous les informateurs de diffuser des informations provenant des sources fiables qui renferment des explications des experts reconnus officiellement. Pour ceux qui recherchent des informations, le Ministère est toujours à leur entière disposition, renchérit-il.

Le mois dernier, l‘ONU a demandé une aide internationale pour lutter contre les énormes essaims de criquets pèlerins qui balaient l’Afrique de l’Est.

Un porte-parole de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a demandé une aide pour « éviter toute menace en matière de sécurité alimentaire, fournir des moyens de subsistance et contrer la malnutrition ». BBC.

Par Elvis Irambona

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :