LE JOURNAL.AFRICA
SANTE

Burundi : La gratuité des soins médicaux un paquet fermé, à la presse d’ouvrir

Dans un atelier d’induction organisé  par la Population Media Center en collaboration avec le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida, ce mercredi à l’égard des professionnels des médias. Jean Bosco NDAYISHIMIYE, le représentant résidant de la PMC, a salué les efforts déjà fournis par le gouvernement et ses partenaires dans son programme de la gratuité des soins médicaux pour les femmes enceintes, celles qui accouchent et les enfants de moins de 5 ans, mais un rapport a montré que les médias n’ont pas assez communiqué.

Le professeur Jean Bosco, dans son esprit marié au rapport réalisé par les partenaires. Il a voulu rappeler à la presse sa mission régalienne, enquêter sur tous les processus de ce programme, ses bienfaits à la population, son efficacité afin d’informer, éduquer et orienter tout le public en général et en particulier ces 2 catégories cibles dudit programme. Il s’agit notamment des femmes enceintes, celles qui accouchent et les enfants de moins de 5 ans pour les rendre responsable en connaissant leurs droits et devoirs mais aussi leurs limites.

Le président résidant du PMC a interpelé les professionnels des médias à un engagement significatif pour cette thématique assez noble pour la population afin d’enlever les zones d’ombre qui créent encore les incompréhensions en elle. Et sont toujours les blocages de la mise œuvre effective du projet.

Les défis

En dehors de faible moyen de communication sur la gratuité des soins médicaux pour les femmes enceintes, celles qui accouchent et les enfants de moins de 5 ans. Le conférencier de ce mercredi, le Docteur Nkunzimana Canut, a souligné dans son enseignement d’autres problèmes liés  notamment :

  • Ignorance du contenu de la gratuité de la par des prestataires et les bénéficiaires
  • Insuffisance du plateau technique et des infrastructures
  • Le système de référence et contre référence moins opérationnel
  • Le niveau de qualité des soins  est toujours insuffisant
  • La faiblesse dans la prise en charge clinique
  • Le protocole de soins presque inexistant

. Les partenaires techniques et financiers du gouvernement

A chaque mois ces partenaires se sont engagé à appuyer le Burundi dans son projet chacun selon ses moyens :

  • Union Européenne via ENABEL                38,33%
  • Banque Mondiale                                        31,93%
  • Gouvernement                                             23,54%
  • KFW via CORDAID                                   6,18%
  • Total                    36 913751 USD               100%

A la fin de l’atelier, conscient de l’inefficacité de la communication sur la gratuité des soins médicaux, les journalistes ont affirmé leur engagement une fois de plus à la question; produire des émissions, reportages, magazine et articles sur le sujet.   

La décision prise par le Président de la République du Burundi de subventionner les soins de santé dispensés aux enfants de moins de 5 ans et les accouchements par le décret n°100/136 du 16 juin 2006.

Par Freddy SENGI

Articles similaires

Commencer un échange
Besoin d'aide?
Bonjour!

Pouvons-nous vous aider?
Powered by
%d blogueurs aiment cette page :