LE JOURNAL.AFRICA
ECONOMIE

Burundi: « défis et solutions pour la croissance économique”, PARCEM

L’inflation et la rareté des devises  sont des défis qui handicapent  le redressement  et la relance de la croissance  économique du Burundi, a indiqué l’organisation “Parole et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités (PARCEM)”.

Dans un point de presse  animé ce  mercredi  9 novembre 2022, Faustin Ndikumana  président de PARCEM a présenté les défis  de la croissance économique et a également présenté une feuille de route pour le redressement. «Nous vivons dans une inflation extrême mais avec une pauvreté  qui continue. Les personnes vulnérables augmentent de plus en plus», a indiqué Faustin Ndikumana.

Il précise que les catégories des fonctionnaires  moyens  qui constituaient la classe moyenne  se  trouvent dans les  difficultés de survie.  Et d’ajouter que la classe moyenne  au Burundi disparaît de plus en plus et qu’il ne reste qu’un petit groupe de personnes qui ont les moyens (les riches). 

Pour sortir de cette crise, PARCEM propose  une feuille de route de redressement  et relance économique  notamment la nomination de trois  grandes  commissions de haut niveau pour se pencher  sur trois groupes  de questions. PARCEM propose en premier lieu un groupe qui se penchera sur la question  de cohésion sociale et l’espace  politique sain.

En deuxième lieu, le Burundi doit être rigoureux dans la lutte contre la corruption et les malversations économiques. Faustin Ndikumana  propose que les fonctionnaires étatiques cités dans des actes de corruption  doivent répondre  de leurs actes  devant les juridictions au lieu du remboursement et du non octroi  de nouvelles fonctions seulement.

Enfin, le gouvernement doit mettre fin aux dysfonctionnements institutionnels  qui se remarquent. “ on ne peut pas différencier le juge, l’administrateur  et  le  gouverneur”, selon PARCEM qui déplore que cela handicape l’efficacité  des institutions de l’État. 

Pour que l’économie du pays  puisse s’améliorer, PARCEM  propose aussi au gouvernement de mener  une étude pour identifier le secteur porteur  de croissance.

Pacifique Gahama   

Articles similaires

Gitega: La banque de la jeunesse a besoin de capital de l’église catholique

LE JOURNAL.AFRICA

Un dialogue public-privé: clé pour réussir les réformes de facilitation des échanges transfrontaliers

RTNB BURUNDI

Le trafic d’or en constante augmentation en Afrique australe, selon un rapport

RFI AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :