LE JOURNAL.AFRICA
EDUCATION SOCIETE

Burundi : 200 jeunes bénéficieront d’une formation socioprofessionnelle de la part de la fondation Giriyuja

Au total,  200 jeunes ayant des fratries à leur charge.  Ce projet compte former 160 filles mères  en métier de couture et 40 garçons en métier de mécanique automobile et auto moto, afin qu’ils puissent devenir autonomes et subvenir à leurs besoins et aux besoins des fratries en leur charge.

Ce jeudi 10 novembre 2022, sur  le terrain centre football for Hope à Kabondo, la fondation Giriyuja a procédé  le lancement officiel du projet de réintégration socio-économique des jeunes vulnérables  dans les zones de Buterere  et Kanyosha en mairie de Bujumbura financé par la fondation coca cola. 

Aimable Girukwisha coordinateur  de Giriyuja  indique que l’objectif  de ce projet est de contribuer à l’autonomisation des jeunes vulnérables à travers la formation  et réinsertion professionnelle en métiers pratiques. Il ajoute que ce projet s’inscrit dans la ligne du gouvernement du Burundi, dans sa recherche des solutions pour les jeunes chômeurs.

Aimable Girukwisha a remercié vivement la fondation coca cola qui a accepté  de financer ce projet ainsi que le ministère de la solidarité nationale, des affaires sociales, des droits de la personne humaine et du genre, pour son habituelle bonne collaboration.

Imelde Sabushimike, ministre  de la solidarité nationale, des affaires sociales, des droits de la personne humaine et du genre signale que selon les statistiques issues du recensement digital des jeunes au chômage de 2020, le Burundi enregistré  286515 jeunes chômeurs, dont  132483 femmes  et 153 957 hommes. ces chiffres  montrent  également que 86 %  jeunes chômeurs  qui se sont manifestés  ont le niveau  secondaire, près de 10%  sont passés à l’université  et 1, 3% se sont limités  à l’école  primaire . 

Ces chiffres  sont complétés par l’institut de statistiques et d’études économiques du Burundi (ISTEEBU)  qui précise que  43,7 %  des ménages du Burundi sont pauvres (enquête  intégrée sur les conditions de vie  des ménages au Burundi  de 2019 2020). Cela signifie qu’en général  les familles d’où proviennent les jeunes chômeurs Burundais  ne sont pas à mesure  de leur fournir  un petit capital de démarrage pour se lancer un business.

Préoccupés  par ce taux de chômage en forte progression au Burundi, le gouvernement du Burundi  a entrepris  plusieurs initiatives. On peut citer les séances de moralisation à l’endroit  des jeunes  animés par la haute  autorité du pays et la création d’une banque des jeunes. Le gouvernement a également mis en place un programme d’autonomisation  économique et d’emploi  des jeunes ainsi que la mise en place de la banque d’investissement et de développement de la femme  pour faciliter la réduction du chômage.

Le projet vise  à réduire la pauvreté 

Catherine Bucumi, représentante de la fondation coca cola au Burundi  explique qu’en finançant ce projet  d’autonomisation  des jeunes, la fondation a démontré son engagement à améliorer  l’essor  des jeunes. Elle précise que la mise en œuvre de ce projet va durer 24 mois et qu’il contribuera  essentiellement  à la création  d’emploi, l’amélioration  des conditions  de vie, la disponibilité  des  services  et l’encadrement des jeunes. « Nous sommes convenu sans doute  qu’après l’ apprentissage pratique , bon nombre de ces jeunes seront  plus utiles  pour eux  ,pour leur famille  et pour  le pays qui a tant besoin  de cette population active », dit M. Bucumi .  

Sylvie sabiyumva qui a représente les jeunes  qui sont en train de suivre la formation à remercie  la fondation Giriyuja  qui choisit ces jeunes parmi les autres. Elle précise que la formation reçue en coupe couture et mécanique automobile sera bénéfique bientôt pour eux et pour leur famille. Elle demande à l’organisation Giriyuja  de continuer à  appuyer ces jeunes même après la formation. 

Rappelons chaque année la fondation  accorde  des subventions  à des nombreuses   initiatives  afin d’améliorer  la vie  des communautés dans le monde. Ce projet est financé  par la Fondation Coca-Cola, à hauteur de 149.600 $.

Pacifique Gahama     

Articles similaires

Kananga : les Congolais retournés d’Angola demandent l’assistance des autorités

OKAPI CONGO

À Kinshasa, les commerces durement touchés par les mesures anti-Covid-19

RFI AFRIQUE

Burundi : 2000 rapatriés volontaires vont rentrer chaque semaine

LE JOURNAL.AFRICA
%d blogueurs aiment cette page :