AFRIQUE

Les cinq leçons apprises sur le scrutin en Afrique du Sud

Un militant du parti au pouvoir exhibe un tissu avec la photo du président Ramaphosa. Copyright de l’image AFP
Image caption Un militant du parti au pouvoir exhibe un tissu avec la photo du président Ramaphosa.

La baisse du taux de participation et les scores importants des partis marginaux aux deux extrémités du spectre politique sont sans aucun doute des signes de la maturité de la démocratie sud-africaine, mais ils pourraient également être vus comme la preuve d’une société plus divisée. Avec presque tous les votes enregistrés, l’ANC au pouvoir devrait boiter avec une majorité réduite, mais des défis difficiles s’annoncent à l’horizon.

1 : L’ANC a perdu du terrain – mais fait la fête

Nombreux sont ceux qui se demandent pourquoi le Congrès national africain (ANC) au pouvoir est heureux après avoir enregistré sa pire performance depuis la fin du règne de la minorité blanche en 1994 – 57% des voix.

C’est la première fois que le parti qui dirige l’Afrique du Sud depuis 1994 remporte moins de 60 % des voix, mais pour une organisation extrêmement divisée, criblée de corruption et qui a connu une décennie de leadership léthargique, ce résultat est considéré comme un coup de pouce pour son nouveau dirigeant Cyril Ramaphosa.

Image caption Les résultats des élections en Afrique du Sud.

Pour beaucoup de gens, c’est la dernière chance de l’ANC de se racheter.

M. Ramaphosa a pris la tête du parti en décembre 2017, après que l’ANC eut limogé Jacob Zuma, impliqué dans des allégations de corruption, qu’il nie.

L’un de ses principaux membres, Fikile Mbalula, a déclaré que la part des voix du parti « aurait probablement chuté à 40% » si son leadership n’avait pas changé.

Mais l’ANC ne devrait pas fêter ça trop tôt.

Le peuple sud-africain a peut-être donné à l’ANC le mandat de diriger, mais il n’est pas inconditionnel.

La dernière décennie a porté atteinte à la réputation du parti et a aliéné des millions de Sud-Africains qui attendent désespérément que leur situation s’améliore, et qui avaient fait confiance à l’ANC pour le faire, mais leur situation a empiré.

La croissance a été lente ici, des millions de personnes sont au chômage et la société reste extrêmement inégale.

M. Ramaphosa commence à présent à jongler avec la tâche difficile de rétablir la confiance dans son gouvernement et, plus important encore, de tenir sa promesse de lutter contre la corruption.

L’ANC a été accusé de faire passer sa propre survie avant les intérêts du pays. La manière dont M. Ramaphosa choisit son cabinet sera la première indication pour montrer que cela a changé.

Lire aussi:

Appel à dissoudre le parlement sud-africain

AfSud: les avoirs des Gupta bientôt gelés

AfSud : l’ANC célèbre les 100 ans de Mandela

2 : L’opposition officielle connaît une  » crise d’identité

Il s’agit là d’un résultat difficile pour la principale alliance démocratique (DA) de l’opposition – un  » résultat meurtrier « , ont dit certains.

Copyright de l’image AFP

Image caption Mmusi Maimane, dirigeant de l’AD, montre un visage courageux au centre de résultats de la commission électorale.

Certains analystes ont dit que l’Alliance démocratique n’avait pas non plus réussi à s’imposer auprès de la population noire d’Afrique du Sud.

Cela a été attribué en partie à ce que certains ont appelé « une crise d’identité ».

Le parti est toujours considéré au sein de la communauté noire comme un parti blanc, protégeant les intérêts des Blancs, ce que son chef noir Mmusi Maimane s’efforce de réfuter.

Commentant le résultat, M. Maimane a déclaré que le parti a besoin d’une auto-réflexion, mais a ajouté que l’AD  » refuse d’être un parti pour une race « .

D’autres membres de haut rang ont été plus audacieux, déclarant que l’AD « n’est pas un parti pour les racistes », faisant allusion au fait qu’il est mieux loti sans le soutien de ceux qui ont des sentiments racistes profondément ancrés.

Néanmoins, les chiffres sont importants, et ce sera le grand test pour le leadership de M. Maimane.

L’AD se tourne maintenant vers les élections de 2021, dans l’espoir de s’y racheter.

Mais après avoir été accusé par VF+ d' »essayer d’être tout pour tout le monde », le parti a des décisions difficiles à prendre – et devra être clair sur les points sur lesquels il veut concentrer ses énergies.

Les hommes qui seraient présidents :

  • Cyril Ramaphosa de l’ANC – dirigeant syndical, patron de mine, président
  • Mmusi Maimane du procureur – l’homme qui jure de mettre fin au règne de l’ANC
  • Julius Malema de l’EFF – l’agenda radical de l’Afrique du Sud

3 : Le radical EFF a du soutien

L’Economic Freedom Fighters (EFF), qui veut s’emparer des terres appartenant aux Blancs sans compensation et nationaliser l’énorme industrie minière, a été l’un des partis qui a connu la plus forte croissance lors de cette élection, augmentant sa part du vote de 6% à 10%.

Surtout, il est aussi devenu l’opposition officielle dans trois provinces.

L’EFF, avec son leader « pas d’absurdité » Julius Malema, parle toujours d’un grand jeu. Au cours de la campagne électorale, les représentants se sont appelés « le gouvernement en attente ».

Copyright de l’image AFP

Image caption Le parti EFF de Julius Malema a augmenté sa part du vote à 10%.

Ils en sont bien sûr loin, si l’on en juge par l’écart énorme entre la base de soutien de l’EFF et celle de l’ANC.Mais il est indéniable que le message de l’EFF d’être un parti pour les pauvres et la classe ouvrière a résonné et qu’il a trouvé une base de soutien auprès des mécontents.Le parti a été accusé de populisme et de rhétorique de division par les partis les plus modérés en Afrique du Sud, il sera donc intéressant de voir comment il maintiendra sa base de soutien au cours des cinq prochaines années.Lire également:

AfSud : un livre sur Zuma sujet à polémique

AfSud: le Parlement rompt le contrat de KPMG

AfSud : le fils de Zuma accusé de corruption

4 : La montée des nationalistes afrikaners

L’une des plus grandes surprises a été la croissance du Freedom Front Plus (VF+). Le parti majoritairement afrikaner, qui dit se battre pour les droits des groupes minoritaires, a doublé son soutien, à environ 2%, ce qui en fait le cinquième parti le plus important au niveau national, derrière le principal Zulu Inkatha, Parti de la liberté.Il y a cinq ans, VF+ a été perdu dans l’obscurité. Alors pourquoi et comment s’est-il développé ?

Copyright de l’image Gallo Images

Image caption Pieter Groenewalk est le leader du parti du Front de la liberté Plus (VF+).

Selon une théorie, la question controversée de l’expropriation des terres sans indemnisation, vantée par l’ANC et l’EFF, a poussé certains partisans de la DA vers ce parti plus dur parce qu’ils craignaient que la DA ne protège pas leurs intérêts.

Le débat sur l’expropriation des terres a également encouragé les membres actuels de VF+ à aller voter.

Leur message était simple : les Afrikaners blancs sont assiégés et doivent protéger leurs intérêts en tant que groupe minoritaire en Afrique du Sud.

5 : Chute de la participation électorale

Les partis politiques sud-africains doivent tirer de dures leçons, avec la participation électorale qui est à son plus bas niveau depuis l’avènement de la démocratie en 1994.

De plus, environ 1 personne sur 4 ne s’est pas inscrite, selon Africa Check.

Copyright de l’image Getty Images

Image caption Un jeune militant de l’EFF jubilant à Soweto, le jour du vote.

Il y a deux façons d’interpréter cela.

L’apathie des électeurs est la première : une partie de la population a perdu confiance dans les dirigeants politiques du pays – tous – et a donc choisi de rester à distance.

La deuxième interprétation est que cela fait partie intégrante d’une démocratie en pleine maturité.

La leçon est peut-être que les dirigeants ont besoin de nouveaux moyens d’attirer les électeurs – en particulier les jeunes Sud-Africains, dont 6 millions ne se sont pas inscrits pour voter.

Il serait trop simpliste de laisser entendre que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique ou à ce qui se passe dans le pays.

Ils sont les plus durement touchés par la montée en flèche du chômage et ont été à l’avant-garde des protestations qui contestent le statu quo.

Ce que cette élection générale nous a montré, c’est que même si les jeunes Sud-Africains sont actifs dans la société civile, cela ne se traduit pas par le processus formel du vote.

Et c’est un problème pour tous les partis politiques.

Related posts

Koffi Olomidé fixé sur son sort le 18 mars

BBC AFRIQUE

Soudan: un bras de fer engagé entre militaires et contestataires

RFI AFRIQUE

Soudan: «accord avec la plupart des exigences» des leaders de la contestation

RFI AFRIQUE

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter Lire la suite