AFRIQUE

Ethiopian Airlines : qui sont les victimes ?

De gauche à droite : le capitaine Yared Mulugeta, Gatechew Joanna Toole, Joseph Waithaka et Sarah Auffret Copyright de l’image Hassan Katende / Facebook / Handout / PA
Image caption De gauche à droite : le capitaine Yared Mulugeta Gatechew, Joanna Toole, Joseph Waithaka et Sarah Auffret

Des passagers de plus de 30 pays se trouvaient à bord de l’avion d’Ethiopian Airlines qui s’est écrasé dimanche entre Addis-Abeba et Nairobi, tuant 157 personnes.

Parmi les victimes se trouvaient 32 Kényans, 18 Canadiens, neuf Éthiopiens et sept Britanniques, selon une liste des passagers publiée par les autorités éthiopiennes. Il y avait, parmi eux, quelques travailleurs des Nations unies.

Lire aussi:

Interrogations autour du Boeing 737

Voici ce que l’on sait de certaines victimes.

Kenya

Copyright de l’image Hassan Katende/Facebook

Image caption Le capitaine Yared (à droite) avait des origines éthiopiennes et kényanes.

Le capitaine Yared Mulugeta Gatechew, d’origine kényane et éthiopienne, était le principal pilote du vol 302 d’Ethiopian Airlines. Au service de la compagnie aérienne depuis novembre 2007, il avait acquis une grande expérience avec plus de 8.000 heures de vol, selon la compagnie.

« Je n’arrive pas à dormir. C’est choquant. C’est très difficile à croire. C’est vraiment incroyable », a réagi un ami du capitaine Yared, Hassan Katende, lorsqu’il a appris sa mort. Dans une interview accordée à la BBC, M. Katende a dit qu’il avait appris le crash par le biais des réseaux sociaux.

Lire aussi:

Journée de deuil national ce lundi en Ethiopie

 »Aucun survivant dans le crash de l’avion d’Ethiopian Airlines »

Copyright de l’image Georgetown Law

Image caption Cedric Asiavugwa

Parmi les victimes figurait Cedric Asiavugwa, un étudiant en troisième année de droit à l’Université Georgetown (États-Unis). Il se rendait à Nairobi pour assister aux funérailles de l’un de ses proches.

« Avec son décès, la famille de l’Université Georgetown perd un étudiant brillant, un grand ami pour beaucoup d’entre nous et un militant dévoué de la justice sociale en Afrique de l’Est et dans le monde », a déclaré William Treanor, le doyen de la faculté de droit de ladite institution universitaire.

M. Asiavugwa défendait la cause des réfugiés et des autres groupes marginalisés, a déclaré l’Université Georgetown. Il a également mené des recherches sur des sujets allant de la paix à la sécurité alimentaire au Kenya, en Ouganda, en Tanzanie et au Soudan du Sud.

Lire aussi :

La Chine suspend les vols des Boeing 737 MAX 8

La Confédération africaine de football (CAF) a confirmé à la BBC la mort, dans le crash, du Kényan Hussein Swaleh, un ancien instructeur de football.

Un « triste jour pour le football », a écrit sur Twitter le président de la Fédération kényane de football.

M. Swaleh regagnait son pays après avoir dirigé un match de Ligue des champions à Alexandrie, en Egypte, selon un communiqué de la CAF.

Des hommages ont été rendus à l’ancien journaliste kényan Anthony Ngare, qui a péri dans le crash. M. Ngare, 49 ans, venait de représenter le Kenya à une conférence de l’ONU à Paris.

Anthony Ngare, qui regagnait Nairobi, fut rédacteur en chef au groupe de presse kényan Standard Group, avant de rejoindre l’Unesco en tant que directeur adjoint de la communication.

La Commission nationale du Kenya pour l’Unesco déclare avoir perdu « l’une de ses brillantes étoiles ».

Canada

Copyright de l’image Carleton University

Image caption Pius Adesanmi

Le Canada a confirmé la mort du professeur Pius Adesanmi, directeur de l’Institut d’études africaines de l’Université de Carleton. D’origine nigériane, il figure parmi les victimes identifiées.

« Les contributions de Pius Adesanmi à l’Université Carleton sont incommensurables », a déclaré Pauline Rankin, la doyenne de la faculté des arts et des sciences sociales.

« Il a travaillé sans relâche pour construire l’Institut d’études africaines, pour partager sa passion inépuisable pour la littérature africaine, nouer des relations avec les étudiants et les soutenir. C’était un érudit et un professeur du plus haut calibre… » ajoute-t-elle.

Lire aussi :

Un vol 100 % féminin d’Ethiopian Airlines pour la Journée de la femme

Benoit-Antoine Bacon, un responsable du ministère canadien des Affaires étrangères, a réagi à la mort de l’universitaire : « Pius Adesanmi était une figure marquante de l’érudition africaine (…) et sa perte soudaine est une tragédie. »

Des écrivains, universitaires et journalistes nigérians ont réagi à la nouvelle, faisant part de leur « tristesse ».

Le professeur Adesanmi se rendait à Nairobi, pour une conférence de l’Union africaine.

Copyright de l’image Danielle Moore/Facebook

Image caption Danielle Moore

Danielle Moore, 24 ans, partait pour Nairobi, où elle devait prendre part à une conférence des Nations unies sur l’environnement.

Le 9 mars, elle a posté un message sur Facebook, concernant son voyage : « Je suis tellement heureuse de vous dire que je me rends actuellement à Nairobi pour une conférence des Nations unies sur l’environnement, avec l’Association canadienne pour les Nations unies et #CanadaServiceCorps/#LeadersToday ! »

Lire aussi :

Crash d’un Boeing d’Ethiopian Airlines avec 157 personnes.

« Au cours de la semaine prochaine, j’aurai l’occasion de discuter des enjeux environnementaux mondiaux, de partager des histoires et de nouer des relations avec d’autres jeunes et dirigeants du monde entier. Je me sens plus que privilégiée d’avoir cette opportunité, et je veux la partager avec les gens de chez nous », avait encore écrit Danielle Moore sur le réseau social.

Elle a étudié la biologie marine à l’Université Dalhousie, puis à l’Institut des sciences de la mer des Bermudes, en 2015.

Danielle Moore travaillait à la fois comme membre du groupe de défense des océans propres Ocean Wise.

Ethiopie

Copyright de l’image Facebook

Image caption Sara Gebre Michael, l’hôtesse principale du vol 302 d’Ethiopian Airlines

Sara Gebre Michael était l’hôtesse principale à bord du vol 302 d’Ethiopian Airlines.

L’éminente artiste éthiopienne Tesfaye Mamo, qui l’a connue, a dit à la BBC qu’elle était « une mère attentionnée ». « Elle nous manquera cruellement », ajoute Tesfaye Mamo, qui a publié sur Facebook des photos de son amie. Sara Gebre Michael était mariée et avait trois enfants.

Royaume-Uni

Joanna Toole, 36 ans, était à bord du Boeing 737 Max 8 qui s’est écrasé peu après son décollage, près d’Addis-Abeba.

Mme Toole était originaire d’Exmouth, au Royaume-Uni, mais elle vivait à Rome, selon son père Adrian Toole.

Parlant à la BBC, M. Toole a rendu hommage à sa fille, qui a travaillé pendant 15 ans dans des organisations internationales de protection des animaux.

« Je suis très fière de ce qu’elle a accompli. C’est tragique qu’elle n’ait pas pu poursuivre sa carrière et en faire davantage », a dit le père de la jeune fille.

« Elle était très bien connue dans son propre secteur d’activité et de nombreux hommages lui ont déjà été rendus », ajoute le père de Joanna Toole.

Lire aussi:

Avion russe : des débris découverts

Joseph Waithaka, 55 ans, avait la double nationalité britannique et kényane. Son fils, Ben Kuria, a dit qu’il était sous le choc après avoir appris que son père, qui s’était basé au Royaume-Uni en 2004, était à bord du vol. Il se souvient, parlant de son père, d’un homme « généreux » et « épris de justice ».

Père de trois enfants, M. Waithaka vivait à Hull et y travaillait, avant de regagner le Kenya en 2015.

Copyright de l’image Family handout

Image caption Joseph Waithaka

L’une des victimes a été identifiée sous le nom de Sarah Auffret, diplômée de l’Université de Plymouth et experte en tourisme polaire.

Mme Auffret se rendait cette semaine à Nairobi pour parler du projet Clean Seas, dans le cadre d’une conférence des Nations unies sur l’environnement, selon l’Association des organisateurs de croisières d’expédition dans l’Arctique (AECO), pour laquelle elle travaillait.

Copyright de l’image PA

Image caption Sarah Auffret

« Les mots ne peuvent décrire la tristesse et le désespoir que nous ressentons. Nous avons perdu une vraie amie et une collègue bien-aimée », a déclaré l’AECO dans un communiqué.

Mme Auffret avait également la nationalité française, selon des médias norvégiens.

Lire aussi:

18 morts dans un crash en Sibérie

Crash au Kasaï : cinq morts

Togo

Dr Kodjo Glato, enseignante à l’Université de Lomé, était le seul Togolais à bord de l’avion d’Ethiopian Airlines. L’Université de Lomé a présenté ses condoléances à la famille de Dr Glato, selon un communiqué.

Ryan Brown, le chef du bureau à Johannesburg de l’organisation indépendante des médias CS Monitor, affirme que l’universitaire togolais avait « une passion pour les patates douces et cherchait à savoir comment elles pourraient être utilisées pour améliorer la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest ».

Dr Glato était également propriétaire d’une organisation non gouvernementale appelée « Farmers Without Borders », a dit Mme Brown à la BBC.

Copyright de l’image AFP/Getty Images

Image caption Du monde sur le site où s’est écrasé l’avion d’Ethiopia Airlines, près de Bishoftu, une ville située à quelque 60 kilomètres au sud-est d’Addis-Abeba.

Slovaquie

Le député slovaque Anton Hrnko a annoncé, avec « un profond chagrin », que sa femme Blanka, son fils Martin et sa fille Michala sont morts dans le crash. Une information non encore confirmée fait état d’une quatrième victime slovaque.

Italie

Maria Pilar Buzzetti et Virginia Chimenti, des employées du Programme alimentaire mondial, ainsi que Paolo Dieci, l’un des fondateurs de cette organisation non gouvernementale, figurent parmi les huit ressortissants italiens qui ont péri dans l’accident.

Russie

Alexandre Polyakov et son épouse Ekaterina travaillaient pour la banque russe Sberbank, selon des médias suisses. Le couple serait parti en vacances en Afrique. Une troisième victime russe a été identifiée en la personne de Sergei Vyalikov.

Norvège

Karoline Aadland, 28 ans, travaillait pour la Croix-Rouge norvégienne. « Nos pensées vont à ses proches. Nous nous concentrons sur l’aide que nous devons leur apporter en ces moments difficiles », a déclaré la Croix-Rouge norvégienne sur Twitter.

Irelande

Copyright de l’image World Food Programme/PA

Image caption Michael Ryan

Karoline Aadland, 28 ans, travaillait pour la Croix-Rouge norvégienne. « Nos pensées vont à ses proches. Nous nous concentrons sur l’aide que nous devons leur apporter en ces moments difficiles », a déclaré la Croix-Rouge norvégienne sur Twitter.

Au service du PAM, Michael Ryan a travaillé à l’aménagement d’un site d’accueil des réfugiés rohingyas au Bangladesh et à l’évaluation des dommages causés par les glissements de terrain sur les routes au Népal.

« Michael travaillait à l’amélioration de la vie des gens en Afrique, avec le Programme alimentaire mondial », a dit le Premier ministre irlandais.

Lire aussi :

Un commissaire de la CAF parmi les victimes du crash du vol d’Ethiopian Airlines

Aucun détail n’a encore été fourni sur les huit victimes originaires de la Chine, les cinq autres ressortissants italiens, huit Américains, huit Français, six Égyptiens, cinq Allemands, quatre Indiens, trois Autrichiens, autant de Suédois, ainsi que deux ressortissants espagnols, autant d’Israéliens, de Marocains, de Polonais, ainsi qu’un ressortissant belge.

Des citoyens de Djibouti, d’Indonésie, du Mozambique, du Rwanda, du Soudan, de la Somalie, de l’Ouganda, de la Serbie, du Yémen, du Népal et du Nigeria font partie des 157 morts.

Related posts

Sénégal: manifestation à Dakar contre les violences faites aux femmes

RFI AFRIQUE

Un triple attentat suicide dans le nord-est du Nigeria fait au moins 30 morts

RFI AFRIQUE

Mali: le leader du patronat comparait devant la justice dans une ambiance électrique

RFI AFRIQUE

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter Lire la suite